Crise agricole : une responsabilité politique partagée droite et gauche

22
juil

La facilité, une fois de plus, sera de rechercher des boucs émissaires : l’Europe, la grande distribution ou l’industrie agro-alimentaire, ce qui ne résoudra rien à terme.

Deux motifs essentiels expliquent nos différences de coût de production et nos pertes de part de marché par rapport à nos voisins européens :
- Le différentiel de charges, c’est vrai pour l’agriculture comme pour l’industrie;
- La surréglementation spécifiquement française est beaucoup plus lourde à supporter en termes de délai et de coût que dans les autres pays.

S’y ajoutent l’embargo russe supporté par les seuls éleveurs (ce qui est injuste) ainsi que la baisse de consommation de viande.

FacebookTwitterLinkedInGoogle+Email

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *