6
nov

Choc de complexité, ça s’aggrave. Des preuves

 

En mars 2013, le Président de la République annonçait un choc de simplifications visant à réduire la complexité administrative et réglementaire qui pèse sur les particuliers, les entreprises, les collectivités.
Sait-il seulement que dans le même temps, ses services continuent à multiplier à l’excès les contrôles et les normes, contribuant à bloquer bon nombre d’investissements publics et privés sur nos territoires. Voici les preuves.

Entreprises :

Le 29 août 2014, 60 chefs d’entreprise se sont réunis à Châteaubourg (Ille-et-Vilaine). Ces entreprises représentent 12 000 emplois essentiellement industriels. Voici leurs témoignages :
« Le monde exige souplesse et rapidité, nous avons lenteur et rigidité »
« Les normes vont crescendo et changent en permanence, nous payons sans arrêt des bureaux d’études »…
« Avec cette complexité incroyable, on nous ajoute encore un différentiel négatif de compétitivité vis-à-vis de nos voisins européens ».
« On a l’impression d’avoir en face de nous une administration qui, au lieu de nous faciliter la tâche, la complique et ne cherche qu’à nous contrôler pour nous redresser ».

Collectivités locales :

Archéologie préventive. Juillet 2014, le Préfet de Région décide de ne pas réaliser de fouilles supplémentaires sur la zone d’activité de La Huperie (Vitré) compte tenu de nombreux travaux de fouilles déjà réalisés sur la commune (1 200 000 €) et autour de Vitré, dont certains pour des résultats très minces.
Le 6 août, le Directeur-adjoint du Cabinet du Ministère de la culture décide d’ordonner des fouilles, contre la décision du Préfet… Pourquoi ? Sous quelle influence… ?

Libérez des terrains pour construire, nous dit-on. Oui… Mais aujourd’hui, il nous faut six ans pour réaliser un lotissement (2 exemples, la ZAC des Ormeaux, la Roncinière à Vitré) en raison d’études archéologiques, d’études de la faune, de la flore, quatre saisons, des zones humides…. Et lorsqu’un accord est enfin trouvé, survient une autre réglementation.

Maitriser les prix des logements et de la dépense publique locale : construction d’une résidence de 30 logements sociaux à Vitré sur un ancien site industriel. : il est tout à fait légitime de déplacer les terres polluées par des traces d’hydrocarbure. Mais, il y a 3 ans, le coût était de 30 000 € (transfert en carrière de classe 3), aujourd’hui, il est de 220 000 € (obligation d’aller vers une carrière de classe 2).

J’ai interpellé les ministres du gouvernement sur ces différents points. Je n’ai, à ce jour, reçu aucune réponse.

Les exemples que je cite rejoignent les conclusions du rapport remarquable d’Alain LAMBERT (Président du Conseil Général de l’Orne) et de Monsieur BOULARD (Maire du Mans), « Liberté, égalité, dépoussiérage ». Qu’écrivent-ils ?

« La France s’est abandonnée à une sorte de délire normatif. »
« Nous sommes victimes d’une pandémie grave, l’incontinence normative. »
« L’épidémie a été relancée par le principe de précaution qui fonde une société peureuse et frileuse. »
« L’abus du devoir de mémoire archéologique peut parfois obérer le devoir d’avenir. »
« Les administrations nationales en rajoutent en permanence sur les directives européennes »

Mais rien ne bouge, tout s’aggrave, la colère grandit, les mouvements extrémistes se développent.

Vitré se bat depuis 25 ans pour :

- Améliorer l’emploi
- Assurer le développement industriel
- Améliorer le pouvoir d’achat

Mais aujourd’hui, avec les absurdités bureaucratiques, le millefeuille réglementaire, la folie des normes, comment peut-on faire mieux… avec moins d’argent public ?

FacebookTwitterLinkedInGoogle+Email

Commentaire

  • 06/11/2014

    La région de Vitré à un taux de chômage relativement bas de puis de nombreuses années, c vrai que vous vous battez pour améliorer l’emploi, le développement industriel, & le pouvoir d’achat, d’autres élus comme P de Villiers ont également un taux de chômage relativement bas, la région de la Gacilly, des jeunes maires, comme le maire de Liffré ont aussi des bons résultats, vous devriez à plusieurs faire pression afin d’être reçu au plus haut niveau de l’état pour faire part de vos revendications & de votre mécontentement.
    Moi en tant que citoyen, père de famille,électeur, je ne comprends pas qu’on n’essaye pas de reproduire à l’échelon national ce qui marche au niveau local,Vitré,Châteaugiron,Lecousse, Liffré, Le Puy du Fou, La Gacilly, etc…
    Bon Courage, c vous qui êtes dans le vrai, vous le prouvez tous les jours!

  • 10/11/2014

    Améliorer le pouvoir d’achat oui sans doute mais pas uniquement en misant sur le toujours plus. En consommant mieux et moins. A vitré, beaucoup de personnes au revenu relativement modeste pourraient, si elles le voulaient vraiment, améliorer leur pouvoir d’achat en se déplaçant autrement que dans une automobile à pétrole, y compris pour effectuer des petits trajets en ville, seul au volant.
    C’est quand même un comble que de contribuer à dégrader à ce point la qualité de vie en ville en abusant de l’automobile lorsque l’on a la chance d’habiter une ville à taille humaine, offrant de nombreux service de proximité facilement accessibles autrement qu’en voiture.

    A Vitré, l’automobile est devenu comme dans beaucoup d’autres petites villes, la 1ère source de nuisance ressentie par les riverains. Les transports en commun « gratuit » n’y changeront rien car leur potentiel reste intrinsèquement limité. Le vrai potentiel est donc ailleurs : la marche à pied, le vélo et surtout, le vélo à assistance électrique (VAE).

    Grâce à un coût kilométrique très inférieur à celui d’une automobile, de nombreux vitréens gagneraient beaucoup à préférer le VAE à l’automobile pour leur déplacement à l’intérieur de la ville. Même constat pour les riverains qui gagneraient en qualité de vie. Et que dire de la municipalité qui pourrait réinvestir les sommes englouties tous les ans dans le stationnement et la voirie au bénéfice de nouveaux services beaucoup plus utiles que d’occuper l’espace public 97% du temps pour rien.

    Vitré a de très nombreux atouts à faire valoir pour l’avenir. Vous avez su faire aimer l’industrie, en tant qu’activité économique créatrice de richesses et d’emplois grâce à la transformation de ressources (locales). Il est temps de faire aimer aux vitréens leur ville plus encore qu’ils le disent, en les encourageant à participer activement à améliorer la qualité de vie en ville. L’attractivité durable du centre-ville en dépend.

    Vive le futur sobre et intelligent!

    G. PORCHER

Envoyer un message à PORCHER

Annuler le message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *