Un abîme entre le verbe et l’action sur le terrain

19
juin

’ai écouté François HOLLANDE, dimanche soir dernier.

Je n’ai pas été convaincu. Pourquoi ?

Le discours a changé… tant mieux… mais l’action ne suit pas… pire elle aggrave l’état du patient.

Je donne 4 exemples parmi d’autres :

1 – Le logement : chacun a entendu le discours.

500 000 logements devaient être construits au lieu de 420 000 dont 150 000 logements sociaux.

Le résultat : moins de 300 000 logements comme perspective en 2013.

Comment ne pas être en colère face à ce décalage que je constate comme Président de Vitré Communauté (Communauté d’agglomération de 65 000 habitants) ?

En effet, le nombre de logements locatifs sociaux demandés par la communauté d’agglomération est de 66. Elle s’en est vue accorder 28 contre 40 à 45 en moyenne au cours des 2 années précédentes.

Parallèlement, alors que notre croissance démographique annuelle est de 1,6%, plus importante que celle de Rennes Métropole, on nous écarte du bénéfice de la loi Duflot.

Or, nous bénéficions, ces deux dernières années, du dispositif Scellier.

Pire, nous obtenions, chaque année, 30 Prêts locatifs Sociaux (PLS) bénéficiant d’une TVA de 7,5%.

Or, nous sommes en juin et nous n’avons toujours pas de réponse relative au nombre qui nous sera attribué cette année.

La conséquence est que les chantiers ne peuvent pas démarrer. Les entreprises sont inquiètes et l’offre de logements insuffisante risque de faire grimper les loyers.

2 – La seconde illustration est la phrase suivante de François HOLLANDE : « Si on gagne du temps dans les procédures, on fait de la croissance. » Bien- D’accord.

Il donne un exemple à savoir la future loi de décentralisation « une loi qui va simplifier » dit-il. Or la quasi-totalité des élus locaux, y compris de la majorité actuelle, estime qu’elle va créer un choc de complexités avec une tornade de schémas, de conférences, de hauts conseils… ce qui entraînera des recrutements et des délais supplémentaires.

Comment simplifier lorsque l’on met en place un gouvernement composé de 38 ministres qui veulent tous faire leur loi… ?

3 – Concernant les arrêts maladie : le reportage était de qualité. Le bon fonctionnement des hôpitaux, des collectivités, des services publics exige de maîtriser le taux d’absentéisme nettement plus élevé que dans le secteur privé. Pourquoi alors avoir supprimé le jour de carence dans le secteur public alors que nous avons constaté, dès la première année d’application de cette mesure, une baisse de l’absentéisme, un meilleur fonctionnement des hôpitaux, ajoutait le Président de la Fédération hospitalière de France ?.

4 – « Le monde change à une vitesse excessive » déclare François HOLLANDE. Encore une fois cela est vrai… mais alors pourquoi ne pas avoir été le pédagogue du monde nouveau et dit la vérité au pays tant il est vrai que dire la vérité c’est déjà résoudre 50% des problèmes.

Le temps perdu exige, aujourd’hui, si nous voulons rétablir la confiance, d’avoir un discours de vérité, de prendre des mesures fortes, simples et rapides tant sur la maîtrise des dépenses publiques que sur le renforcement de la compétitivité.

Nous en sommes loin !

FacebookTwitterLinkedInGoogle+Email

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *